Accueil / Boulot / Monter sa boîte / Sandrine Bender lance Meyko pour les enfants asthmatiques
meyko, objet connecté pour enfant asthmatique
meyko, objet connecté pour enfant asthmatique

Sandrine Bender lance Meyko pour les enfants asthmatiques

Il y a 15 jours, nous avions apparemment des pics de pollution en Ile-de-France. Depuis, mon compagnon ne fait que tousser et mon plus grand aussi. L’Ipeca, le miel, les tisanes de thym, rien n’a marché. Alors j’ai téléchargé l’application Plume pour obtenir l’état de l’air dans ma ville me questionnant sur la pollution. Le constat m’a paru effroyable puisque tous les jours, la pollution est bien au-delà des limites acceptables….Comment cela se passe pour les personnes asthmatiques et les enfants surtout, les premières cibles de cette pollution infernale ?

Le problème de l’asthme est quotidien, difficile à vivre pour de jeunes enfants alors la rédac est partie à la rencontre de Meyko, une startup qui développe un objet connecté pour les enfants asthmatiques afin de les aider à prendre leur traitement de fond sans accrocs.

Qui êtes-vous ?

CEO Meyko

Sandrine Bender, CEO Meyko

Je suis Sandrine Bender, designer spécialisée en santé, co-fondatrice de Meyko.

Comment en êtes-vous arrivés à imaginer votre produit / service ?

Je suis moi-même asthmatique, donc la problématique que nous traitons me touche directement. Aussi, je suis entourée de médecins dans ma famille, et la problématique de l’observance des traitements de fonds chez le jeune patient chronique est une problématique dont j’entendais parler de manière récurrente. Nous avons également fait le constat de l’absence d’outils à disposition pour accompagner ces jeunes enfants et améliorer ce problème d’adhésion au traitement.

Décrivez-nous votre objet connecté ?

Meyko accompagne les enfants asthmatiques pour améliorer l’adhésion au traitement de fond. C’est un objet ludique et interactif qui vise à instaurer une routine et motiver l’enfant pour éviter les défauts de traitement qui pourraient conduire à une crise. En adoptant le petit animal, l’enfant est rassuré au quotidien. Meyko c’est aussi une application mobile destinée aux parents. Elle permet le suivi du traitement et la prévention des risques de crise.

A qui s’adresse-t-il ?

Il s’adresse aux jeunes enfants asthmatiques entre 4 et 10 ans.

Quels sont les retours obtenus sur votre produit ?

Que ce soit du côté des praticiens de santé ou des familles, l’enthousiasme est partagé. C’est une approche novatrice en terme d’accompagnement de la maladie, il y a donc une grande curiosité autour des gains d’une telle solution, une impatience de percevoir les effets associés à l’utilisation de la solution.

A quel stade de développement en êtes-vous ?

Nous sommes actuellement en train de fabriquer un nouveau prototype pour tester la solution au sein de la famille. Cela va nous permettre d’itérer sur la solution afin que sa première version commercialisée soit la plus adaptée aux besoins des familles.

meyko, objet connecté pour enfant asthmatique

meyko, objet connecté pour enfant asthmatique

Quelles difficultés rencontrez-vous dans votre aventure entrepreneuriale ?

Comme pour toutes les Startups, l’aspect financier reste un questionnement permanent. Cependant, je ne qualifierais pas cet aspect de « problème » à proprement parler, c’est littéralement devenu une méthode de travail : comment développer un produit avec des coûts minimum ? Cela nous demande d’être très créatifs quant aux ressources employées et nous demandent d’évaluer très clairement nos priorités au quotidien. C’est une manière de rester concentré sur les aspects essentiels du projet.

Quel mode de financement avez-vous retenu pour lancer votre société ?

Nous nous finançons sur fond propre, avec nos économies personnelles.

Quels canaux de distribution envisagez-vous et pourquoi ?

Les deux canaux privilégiés sont la vente direct via notre site Internet ainsi que la vente en pharmacie. La pharmacie est un élément clé de la distribution, car ils se positionnent alors comme prescripteurs de notre solution, en complément de la délivrance du traitement médicamenteux. La pharmacie reste un gage de qualité pour le patient.

Avez-vous prévu un budget marketing pour le lancement de votre produit ?

Nous ne sommes pas encore fixés sur la question. Il est clair qu’à l’heure des réseaux sociaux et de l’automatisation de la communication, nous disposons de beaucoup de ressources qui ne nécessitent pas ou très peu de budget. Il faudra bien entendu envisager d’autres canaux, mais nous n’avons à l’heure actuelle pas défini de budget.

S’il n’y en avait qu’un, quel serait le point d’attention à surveiller en priorité lorsqu’on se lance dans l’aventure des objets connectés ?

Les dix dernières années ont vu apparaître une multitude de solutions innovantes sur écran, sur une interface graphique (smartphone/ordinateur/tablette). La connaissance autour de ses applications est très dense, largement documentée, testée, expérimentée. La réelle difficulté de l’objet connecté, c’est de travailler une interface tangible, et non graphique. L’échec le plus fréquent de l’objet connecté, ce sont des interactions et des usages mal pensés, mal conçus. Quand l’interface graphique se concentre essentiellement sur une expérience visuelle, l’interface tangible, elle, fait appel à tous les sens, à la position du corps dans l’espace, au toucher, au geste. Il y donc une multitude de paramètres à prendre en compte pour concevoir un produit de qualité. Cela demande d’être très rigoureux sur les
choix de conception.

La date de commercialisation de votre produit est-elle défini ?

Nous espérons la commercialisation d’une première série en 2017.

 

Pour en savoir plus sur Meyko, rendez-vous sur le site internet www.HelloMeyko.com.

À propos Elodie Etienne

Elodie, Rédactrice en chef, consultante en Marketing et Communication des objets connectés, véritable entrepreneure dans l’âme avec une passion pour le E-commerce, le storytelling, il faut que ça bouge ! Maman d'un grand bonhomme de 5 ans et d'un petit bout de 8 mois, compagne d’un entrepreneur, elle mène une vie à 100 à l’heure et bizarrement adore ça. Elle est persuadée que les objets connectés peuvent lui faire gagner du temps et améliorer son quotidien. Elle carbure aux amandes et aux noisettes.

Hé les filles ! Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs Obligatoires *

*

x

Check Also

Portrait de femme entrepreneure: Elodie Etienne, LFA Agency

Elodie est une des co-fondatrices du site lesfillesaussi.com et immergée dans l’entrepreneuriat ...

Bearwarn bracelet pour enfants

Interview Beawarn et son bracelet connecté pour enfant

Petite virée shopping avec mon grand garçon de 4 ans dans un ...

Partages